Étiquette : expérience utilisateur

Supporters sur le maratho de paris

5 raisons de mettre en place un suivi live sur votre événement pour améliorer l’expérience des spectateurs

Faire de votre événement un moment inoubliable, celui qu’il ne faut pas rater, est un de vos objectifs après tous ces mois d’organisation. De nombreux moyens existent pour animer votre événement (sono, speaker, food trucks…), faire passer un bon moment aux participants et distraire leur famille et amis venus les supporter.
Parfois cantonné aux lignes de départ et d’arrivée, ou à certains endroits du parcours en tenant compte des temps de passage envisagés, le spectateur n’a que peu de solutions pour accompagner son sportif. Pourquoi alors ne pas envisager le suivi GPS des coureurs ? Trop cher ? Peu efficace ? Les solutions de tracking se sont largement développées ces dernières années et permettent de répondre aux demandes des organisateurs, en accord avec leur budget.

Tech4Race vous donne 5 raisons de mettre en place un suivi GPS sur votre événement pour améliorer l’expérience des spectateurs :

Raison n°1 : Immerger.

Le tracking live permet aux spectateurs de plonger au cœur de la course, au plus près des participants. Finies les interrogations : « elle est passée ? On l’a loupée ? », « il arrive dans combien de temps ? », « tu crois qu’elle est blessée ? »… Avec le suivi GPS, les spectateurs ont une information en temps réel et peuvent se placer au bon moment et au bon endroit pour accompagner, conseiller et encourager leurs favoris.

Raison n°2 : Rassembler.

On ne vous apprendra rien en vous disant que le sport est fédérateur (cf Coupe du Monde 2018). Le rassemblement des supporters n’est pas réservé à certains sports, plus médiatisés. Il n’y a qu’à voir l’euphorie des spectateurs lors de la dernière édition de l’UTMB, et il s’agit de trail, pas de foot. Toute proportion gardée, les moyens mis à disposition pour les spectateurs sur ces 2 événements ne sont pas à la portée de tous les événements. L’objectif reste le même : mettre en place une solution de tracking live pour rassembler les spectateurs, suivre ensemble la bataille des favoris ou de la bande de copains partis se tirer la bourre sur les routes… Des moments partagés derrière l’écran et commentés autour d’une boisson à la buvette.

Redge - tracking GPS
A chacun sa façon de « baliser ». Illustration de Redge – 2017

 

Raison n°3 : Rassurer.

La sécurité des participants est la priorité numéro un de l’organisateur. C’est aussi celle des proches et des supporters. Particulièrement intéressant sur certains types de courses (longues distances, environnements ou conditions difficiles), le suivi GPS permet de suivre la progression de tous les participants pendant toute la durée de la course et d’intervenir en cas de problème. Les supporters sont alors rassurés de savoir que leurs sportifs ont un moyen supplémentaire d’être repérés. De plus, ils seront davantage autonomes dans le suivi de la course – ce qui sous-entend moins d’aller-retour au PC Course pour avoir des nouvelles de tel ou tel concurrent.

Raison n°4 : Innover.

Offrez aux spectateurs un nouveau service, innovant et fun et répondez aux exigences « d’immédiateté », liées à l’essor des smartphones et de l’information en continue.
Les nouvelles technologies permettent à l’organisateur d’offrir des services équivalents aux événements premium à des coûts très compétitifs.

Raison n°5 : Faire vivre l’événement dans la durée.

Communiquez dans la durée avec les participants. Avant la course, en diffusant le lien du suivi live. Pendant, en commentant le déroulement de la course. Après, en partageant le replay de la course afin de revivre les meilleurs moments. Développez votre communauté grâce aux interactions créées sur le web avec les sportifs.

 

Alors, prêt à mettre une solution de tracking GPS sur votre événement ? Contactez-nous 😉

Controler la triche avec le tracking GPS

Le tracking GPS : un outil pour identifier les tricheurs

Les cas de tricheries lors d’événements sportifs outdoor ont encore fait les choux gras de la presse sportive dernièrement :  » un champion d’ultra-fond trichait depuis des années  » ou encore  » cas de tricherie mécanique sur une course à vélo« … Souci de briller, de gagner en notoriété, appât du gain, bêtise humaine, la triche est une action bien malheureuse qui peut entacher la réputation d’un événement et d’un sport.

Elle peut prendre plusieurs formes : prise de médicaments, utilisation de matériels non réglementaires, trafic de puces de chronométrie… Nous souhaitons nous intéresser aujourd’hui aux cas de « coupe » du parcours (prise de raccourcis ou de moyens de locomotion non autorisés tels que le vélo ou le métro lors de courses à pied etc.).

Longues distances, manque de moyens humains, topographie et environnement du parcours rendent la surveillance en continue de la course difficile.

Comment le tracking GPS permet-il de contrôler le respect du parcours par les participants ?

Un exemple récent basé sur des faits réels lors une course d’endurance équestre à Abu Dhabi couverte par Tech4Race. Le schéma est simple : 3 boucles de 20, 25 et 36 km soit un parcours de 243km à réaliser 3 jours de suite par une vingtaine de cavaliers – en plein désert ! Le cas de triche détecté s’est produit le 3ème jour de course sur la 3ème boucle. Un juge a été pris d’un doute quand au respect du tracé par un cavalier. Il s’est rapproché de Tech4Race pour confirmer ou infirmer son pressentiment. Grâce à notre interface de supervision de la course, nous pouvons analyser la trace GPS du participant créée à partir des points remontés par le tracker. La triche a été confirmée, le participant disqualifié par le jury.

C’est donc là tout l’intérêt d’une solution GPS comme celle de Tech4Race. Les moyens actuels de chronométrie ou certaines applications de suivi ne délivrent qu’un temps intermédiaire ou une estimation des futurs temps de passage. Les montres GPS peuvent délivrer une information sur le nombre de kilomètres réels parcourus par le participant à la fin de la course – c’est d’ailleurs de cette manière qu’une semi-marathonienne s’est trahie. Mais aucun de ces outils ne permettent de contrôler en live le parcours d’un participant.

Partant de ce constat, nous avons enrichi notre service de suivi live avec une interface de supervision afin d’offrir aux organisateurs un outil pour avoir une vue d’ensemble de la course, mais aussi une vue individuelle de la progression de chaque participant. Pendant toute la durée de la course, ils peuvent, entre autre, contrôler le respect du parcours (et contribuer à l’éthique sportive de leur événement), détecter un arrêt suspect (le participant est-il blessé ?) ou encore analyser la vitesse du coureur sur un tronçon du parcours (usage d’un vélo en course à pied ? allure trop poussée sur l’endurance équestre ?).

Des idées pour améliorer la supervision de la course ? Parlons-en 🙂

Damien Grimaud

Présentation d’un ambassadeur : Runner-Life, mordu du bitume

C’est au tour de Damien Grimaud, aka Runner Life, aka le coureur au tutu rose, de répondre aux questions de Tech4Race. Damien a porté notre tracker sur les 177kms du Grand Raid du Morbihan les 30 juin et 1er juillet dernier.
Portrait !

Damien grimaud - runner lifeDepuis combien de temps pratiques-tu la course à pied/trail ? D’où te viens cette passion ?

J’ai découvert le monde de la course à pied en juin 2011 avec le marathon de Rennes. A cette époque, je ne connaissais rien de cette discipline, juste qu’il fallait mettre un pied devant l’autre jusqu’à la ligne d’arrivée. Petit à petit, j’y ai pris goût à part entière et j’en suis devenu totalement drogué. Il faut aussi avouer que j’ai toujours aimé faire du sport depuis mon plus jeune âge.

Tu t’es longtemps préparé pour ce Grand Raid de 177km autour du Golfe du Morbihan. Je sais que cette course faisait partie de tes principaux objectifs pour cette saison. Comment l’as-tu vécue ?

J’ai préparé cette course depuis avril en accumulant les kilomètres mais aussi en participant à quelques courses : marathon de Paris, de Nantes,… Le Grand Raid était l’objectif de cette première partie d’année. Malheureusement, je n’ai pas réussi à aller jusqu’au bout à cause d’une grosse douleur dans l’aine. Cette course est magnifique de part son cadre mais aussi par le défi que cela représente : essayer de parcourir 177km soit un peu plus que la distance entre Rennes-Le Mans. J’ai eu du mal à avaler la décision de devoir arrêter après 156km mais il faut aussi savoir dire stop quand le corps vous alerte. Le but du jeu est de finir mais pas au prix de sa santé.

Quel est ton prochain objectif ?

Mon prochain objectif va arriver très vite. Dès le lundi après l’Ultra-Marin, je me suis inscrit sur les « 100km de Millau » où je vais essayer de faire mieux que la première fois (15h05) et si possible aller chercher les 12h.

Que penses-tu du développement massif du numérique dans le sport ?

Le numérique fait parti de notre quotidien. Aujourd’hui, nous sommes tous connectés. En ce qui concerne le sport, il est compliqué de passer à coté de ce développement. Beaucoup de runners utilisent une montre GPS qui permet de connaître sa vitesse, sa distance, sa fréquence cardiaque.

Le running est un sport individuel mais qui devient de plus en plus collectif à cause des réseaux sociaux. Les runners partagent leurs sorties sur Facebook, Instagram mais aussi sur Strava qui est le réseau social entièrement dédié au sport.

Je pense que le numérique a de beaux jours devant lui et nous prépare de belles surprises telles que Relive, l’application du moment qui permet de revoir en vidéo votre sortie.

Le running est un sport individuel mais qui devient de plus en plus collectif à cause des réseaux sociaux.
Selon toi, quel est l’intérêt d’une solution de suivi en temps réel lors d’une course comme celle proposée par l’Ultra-Marin ?

Sur une telle course, il n’est pas simple pour nos proches de savoir exactement où nous nous situons. Ils nous attendent aux ravitaillements ou sur le bord de la route sans vraiment savoir si nous sommes loin. Tech4Race leur permet de connaître notre position. De ce fait, il devient plus simple de nous suivre et de ne pas nous louper sur le bord de la route.

Cela permet également aux personnes qui souhaitent nous suivre depuis leur canapé de le faire et de voir comment nous évoluons dans la course.

Nous pourrions imaginer des évolutions : afficher la vitesse en temps réel de la personne et ainsi savoir s’il est en difficulté ou non sur la course, la fréquence…

Suivez Runner Life sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter) et sur son blog !

Norbert Friant, test du tracker par un marathonien

Présentation d’un ambassadeur : Norbert Friant, le marathonien technophile

Poursuivons nos interviews d’ambassadeurs avec Norbert Friant, marathonien breton passionné. Norbert était l’un des cinq testeurs de notre solution sur le Marathon de Paris 2017.

Découvrez le portrait de ce coureur, aussi à l’aise dans ses baskets que face à un tableau Excel !

©Norbert Friant. – Norbert à l’arrivée du Marathon de Paris 2017

Depuis combien de temps pratiques-tu la course à pied ? D’où te vient cette passion ?

J’ai toujours aimé courir sans rechercher des performances. Je me suis pris au jeu durant les  compétitions organisées au collège, ayant la capacité de me challenger. J’ai fait mon 1er marathon au siècle dernier….la distance me convient, et donc je commence à en avoir quelques uns au compteur 🙂 .

Comment as-tu vécu le Marathon de Paris ?

Très bien, sans véritablement me fixer un objectif de temps, je souhaitais profiter du moment, de l’ambiance, du parcours, …et garder de l’énergie pour finir bien. C’était mon 2e marathon en 2017, donc mes jambes et ma tête maîtrisent la distance. Je pense en faire quelques autres avant l’automne, et peut-être que si je me sens bien, j’irais rechercher un meilleur temps en octobre-novembre.

Que penses-tu du développement massif du numérique dans le sport ?

Le numérique est indéniablement en développement dans ce milieu.

Personnellement, j’ai toujours recherché des données à analyser avant/pendant/après mes courses. J’ai toujours rempli des tableaux, recherché des équations, …sans trouver de formule miracle.

Depuis 5 ans, je suis connecté via plusieurs montres qui ont eu des durées de vie limitée, mais la data est toujours chez Tom-Tom ou Nike+. Pour l’instant, je trouve les services apportés très limités … Ca ne vaut pas mes tableaux Excel ! Je pense que cet aspect doit s’améliorer sans être trop intrusif. Le coureur doit garder le contrôle et s’en servir , s’il le souhaite, à son bénéfice.
Le côté communautaire (réseau social, connexion entre amis, challenge, communication, …) doit  aussi se développer. Je trouve que Nike a raté son évolution , il y a environ 1 an avec son changement d’appli pas assez communautaire/sociale. Tom-Tom n’est pas non plus satisfaisant.
Attention cependant, des jonctions pas forcément souhaitables pourraient se produire : santé/assurance/… Le coureur doit garder le contrôle de ses data.

Le côté communautaire (réseau social, connexion entre amis, challenge, communication, …) doit se développer.
Norbert accompagné d’Adrien et Anaïs au Salon du Running

Selon toi, quel est l’intérêt d’une solution de suivi en temps réel lors d’une course à pied ?

J’y vois plusieurs intérêts :

> L’analyse a postériori de la performance avec plus de précision que les montres, en comparaison avec plusieurs profils type de coureurs ou d’amis. Par exemple, on pourrait se challenger sur plusieurs courses, s’inventer un avatar contre qui courir, ou alors contre soi-même sur une course déjà réalisée.

> Un autre avantage est de pouvoir être suivi par ses proches ou amis. Un autre usage du suivi en temps réel serait éventuellement de courir en équipe (par club) et de voir la progression.

> On pourrait imaginer une voie de retour pour le coureur (des encouragements ? un métronome ?, …etc).

> En tout cas, j’y ai pensé durant le marathon de Paris. Je savais que c’était un test* et qu’il n’y aurait donc pas forcément une audience forte à suivre la progression….mais quand même… Quand j’ai fait le choix de « décrocher » au 21e km pour descendre à un rythme proche de la promenade (5’50/km), j’aurais pu faire un choix différent si j’avais des « suiveurs » avec qui je me challenge régulièrement. Puis, quand j’ai décidé d’accélérer au 30e km, ça m’aurait donné encore plus d’énergie de savoir que j’étais suivi ! Je pense que beaucoup de coureurs se dépassent pour leur communauté (leurs proches, les amis, etc.). Je pense également aux coureurs (nombreux) qui participent en soutenant une association (ex : Les Petits Doudous de l’Hôpital Sud). Cela permet une visibilité supplémentaire.

*Pour rappel, Norbert s’est porté volontaire pour porter un des démonstrateurs de notre tracker sur le Marathon de Paris.

UX design

L’expérience utilisateur et l’UX design : du discours au concret

Placer l’expérience utilisateur au coeur de notre stratégie de développement, c’est bien. Pouvoir rendre ça concret, c’est mieux. C’est chose faite depuis l’arrivée d’Anaïs dans l’équipe. Anaïs nous a rejoint le 3 octobre dernier et occupe le poste de Chargée de Design, Marketing et communication. Sa double compétence de graphiste designer et communicante va nous être d’une grande valeur ajoutée.
Elle assurera la création du design visuel des interfaces des solutions digitales proposées par Tech4Race. Elle aura la charge de la cohérence et de la qualité visuelle des interfaces, du niveau d’engagement émotionnel de l’utilisateur et de sa satisfaction finale. Pour cela, elle devra définir et suivre des indicateurs de performance UX. Evidemment, elle travaillera en proximité immédiate avec l’équipe « Développement » et notamment de Vincent, étudiant en M2 à l’Epitech en stage jusqu’en janvier.

Dans une logique d’UX design, l’objectif sera de mettre au centre des spécifications du projet l’utilisateur final. Nos retours d’expérience personnels en tant que sportifs et spectateurs et le fruit de nos enquêtes terrain, au plus près des futurs utilisateurs de notre solution, constitueront une matière première importante. Nous l’enrichirons au travers de partenariats en cours de constitution avec des organisateurs, des médias diffuseurs, des speakers, des chronométreurs. Un travail de co-création en quelque sorte pour coller au plus près des besoins des futurs utilisateurs et proposer dès le printemps prochain une première version immédiatement opérationnelle.