Mois : avril 2017

crowdfunding sur gwenneg

10 bonnes raisons de contribuer à notre opération de crowdfunding

Nous avons lancé une campagne de crowdfunding sur la plateforme Gwenneg. Si tu n’es pas encore convaincu, voici 10 bonnes raisons de soutenir notre projet !

Raison n°1 : Le crowdfunding, tu en as entendu parler mais tu n’as jamais encore sauté le pas ? 😀 C’est le moment avec Tech4Race 😉

via GIPHY

Raison n°2 : Parce que tu aimes notre belle équipe, jeune et dynamique, et que tu as envie qu’elle réussisse.

Raison n°3 : Parce que tu soutiens ce qui est #MadeinBreizh.

Raison n°4 (si tu n’es pas breton…) : Parce que tu soutiens ce qui est #MadeInFrance.

Made In France

Raison n°5 : Parce que 93% des runners trouvent la solution Tech4Race intéressante, voire très intéressante. On n’invente rien, si tu ne nous crois pas, tu peux consulter les résultats de cette enquête.

Raison n°6 : Parce qu’il n’y a pas que le running dans la vie. Tech4Race, c’est aussi adapté pour le vélo, la voile, le golf… On est relativement ouvert d’esprit !

Raison n°7 : Parce que tu aimes que l’on t’encourage pendant ton trail ou ton triathlon. Avec Tech4Race, c’est bientôt possible.

via GIPHY

Raison n°8 : Parce que tu es un révolutionnaire, et comme nous tu souhaites que les choses changent. L’innovation n’est pas un terme qui t’effraie.

Raison n°9 : Parce que toi aussi tu veux faire partie d’une communauté de testeurs enthousiastes ! Regarde comme ils sont beaux !

Raison n°10 : Parce que tu veux pouvoir frimer sur ta prochaine course car tu seras suivi en temps réel et pas les autres héhé.

via GIPHY

Alors, convaincu(e) ?

Norbert Friant, test du tracker par un marathonien

Présentation d’un ambassadeur : Norbert Friant, le marathonien technophile

Poursuivons nos interviews d’ambassadeurs avec Norbert Friant, marathonien breton passionné. Norbert était l’un des cinq testeurs de notre solution sur le Marathon de Paris 2017.

Découvrez le portrait de ce coureur, aussi à l’aise dans ses baskets que face à un tableau Excel !

©Norbert Friant. – Norbert à l’arrivée du Marathon de Paris 2017

Depuis combien de temps pratiques-tu la course à pied ? D’où te vient cette passion ?

J’ai toujours aimé courir sans rechercher des performances. Je me suis pris au jeu durant les  compétitions organisées au collège, ayant la capacité de me challenger. J’ai fait mon 1er marathon au siècle dernier….la distance me convient, et donc je commence à en avoir quelques uns au compteur 🙂 .

Comment as-tu vécu le Marathon de Paris ?

Très bien, sans véritablement me fixer un objectif de temps, je souhaitais profiter du moment, de l’ambiance, du parcours, …et garder de l’énergie pour finir bien. C’était mon 2e marathon en 2017, donc mes jambes et ma tête maîtrisent la distance. Je pense en faire quelques autres avant l’automne, et peut-être que si je me sens bien, j’irais rechercher un meilleur temps en octobre-novembre.

Que penses-tu du développement massif du numérique dans le sport ?

Le numérique est indéniablement en développement dans ce milieu.

Personnellement, j’ai toujours recherché des données à analyser avant/pendant/après mes courses. J’ai toujours rempli des tableaux, recherché des équations, …sans trouver de formule miracle.

Depuis 5 ans, je suis connecté via plusieurs montres qui ont eu des durées de vie limitée, mais la data est toujours chez Tom-Tom ou Nike+. Pour l’instant, je trouve les services apportés très limités … Ca ne vaut pas mes tableaux Excel ! Je pense que cet aspect doit s’améliorer sans être trop intrusif. Le coureur doit garder le contrôle et s’en servir , s’il le souhaite, à son bénéfice.
Le côté communautaire (réseau social, connexion entre amis, challenge, communication, …) doit  aussi se développer. Je trouve que Nike a raté son évolution , il y a environ 1 an avec son changement d’appli pas assez communautaire/sociale. Tom-Tom n’est pas non plus satisfaisant.
Attention cependant, des jonctions pas forcément souhaitables pourraient se produire : santé/assurance/… Le coureur doit garder le contrôle de ses data.

Le côté communautaire (réseau social, connexion entre amis, challenge, communication, …) doit se développer.
Norbert accompagné d’Adrien et Anaïs au Salon du Running

Selon toi, quel est l’intérêt d’une solution de suivi en temps réel lors d’une course à pied ?

J’y vois plusieurs intérêts :

> L’analyse a postériori de la performance avec plus de précision que les montres, en comparaison avec plusieurs profils type de coureurs ou d’amis. Par exemple, on pourrait se challenger sur plusieurs courses, s’inventer un avatar contre qui courir, ou alors contre soi-même sur une course déjà réalisée.

> Un autre avantage est de pouvoir être suivi par ses proches ou amis. Un autre usage du suivi en temps réel serait éventuellement de courir en équipe (par club) et de voir la progression.

> On pourrait imaginer une voie de retour pour le coureur (des encouragements ? un métronome ?, …etc).

> En tout cas, j’y ai pensé durant le marathon de Paris. Je savais que c’était un test* et qu’il n’y aurait donc pas forcément une audience forte à suivre la progression….mais quand même… Quand j’ai fait le choix de « décrocher » au 21e km pour descendre à un rythme proche de la promenade (5’50/km), j’aurais pu faire un choix différent si j’avais des « suiveurs » avec qui je me challenge régulièrement. Puis, quand j’ai décidé d’accélérer au 30e km, ça m’aurait donné encore plus d’énergie de savoir que j’étais suivi ! Je pense que beaucoup de coureurs se dépassent pour leur communauté (leurs proches, les amis, etc.). Je pense également aux coureurs (nombreux) qui participent en soutenant une association (ex : Les Petits Doudous de l’Hôpital Sud). Cela permet une visibilité supplémentaire.

*Pour rappel, Norbert s’est porté volontaire pour porter un des démonstrateurs de notre tracker sur le Marathon de Paris.